Archives

Un petit tour dans ma bibliothèque

books-2463779_960_720.jpgJ’ai été tagué par le génialissime blog teatimeatbloomsbury pour faire un petit tour dans ma bibliothèque et vous présenter son organisation.

Ma bibliothèque est essentiellement virtuelle car tous mes livres sont au garde-meubles par manque de place.

Mon rêve est d’avoir une pièce remplie de livres, avec une petite ambiance tamisée pour pouvoir bouquiner dans une chaise à bascule. Je ne désespère pas et j’imagine déjà le futur aménagement, en attendant d’avoir une grande maison.

Je me prête donc volontiers au jeu des questions.

 

Peux-tu nous montrer une photo de ta bibliothèque ?

Comme dit dans l’introduction, elle est essentiellement numérique, vous aurez donc une photo de ma meilleure amie, ma fidèle liseuse.

IMG_20170707_114248.jpg

Je suis en train de rentrer tous mes livres lus et possédés sur une application qui me permet de m’y retrouver et de faire le point mais cela prend du temps et je suis loin d’avoir fini.

IMG_20170707_115222.jpg

 

Comment décides-tu si un livre vaut la peine d’être gardé ou non ?

J’aime à penser que derrière chaque livre il y a le travail d’un auteur et donc quand je souhaite me débarrasser d’un livre, soit je le donne soit je le vends. Je ne mettrai jamais un livre à la poubelle, j’aurai l’impression d’insulter l’écrivain.

Je ne le garde pas à partir du moment où je n’ai pas su le finir, tout en lui ayant laissé une seconde chance.

 

Si tu ne devais garder qu’un seul livre, lequel choisirais-tu ? Pourquoi ?

Quelle question cruelle, j’en aime tellement. J’en ai lu certains plusieurs fois et je les apprécie tous. Pas d’avis tranché sur cette question, je passe mon tour 😉

 

Si tu devais te débarrasser d’un livre, lequel choisirais-tu ?

Je pense que je choisirai « les gens heureux lisent et boivent du café » car il ne m’a rien apporté et m’a laissé complétement indifférente.

 

 Y a-t-il autre chose que des livres dans ta bibliothèque ?

Oui, quand j’avais encore mes livres à la maison, ils étaient dans une étagère avec quelques petits bibelots auxquels je tenais beaucoup.

 

Tes livres sont-ils regroupés à un endroit ou sont-ils distribués un peu partout ?

Ils sont disséminés partout : chez des amis, au garde meubles, chez mes parents, chez ma sœur…. Quelques uns trainent encore dans ma chambre, ce sont les derniers achetés.

 

Sépares-tu les livres VO des autres ?

Je n’ai pas de livre en version originale.

 

As-tu un système de classement précis ou peu importe ?

J’aime les ranger par tailles ou par ordre alphabétique mais généralement ils ne sont pas rangés.

 

Mes nominations :

Le mag d’Alexia

Book’s anatomy

Un monde livresque

Dear Ema

Envie de lire

 

J’attends vos réponses avec impatience et n’hésitez pas à me poser vos questions 😉

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle voulait juste marcher tout droit, Sarah Barukh

images

 

Présentation de l’éditeur :

1946. La guerre est finie depuis quelques mois lorsqu’Alice, huit ans, rencontre pour la première fois sa mère. Après des années à vivre cachée dans une ferme auprès de sa nourrice, la petite fille doit tout quitter pour suivre cette femme dont elle ne sait rien et qui lui fait peur, avec son drôle de tatouage sur le bras. C’est le début d’un long voyage : de Paris à New York, Alice va découvrir le secret de son passé, et quitter à jamais l’enfance. Comment trouver son chemin dans un monde dévasté par la guerre ? Avec une sensibilité infinie, Sarah Barukh exprime les sentiments et les émotions d’une enfant prise dans la tourmente de l’Histoire. Un premier roman magistral.

 

Ce que j’en pense :

L’auteure nous emmène suivre les aventures d’une petite fille, Alice, juste après la seconde guerre mondiale. Une histoire familiale étroitement liée avec la grande Histoire du monde.

Le combat d’une petite fille pour retrouver sa place dans le chaos et les dommages qu’a laissé cette triste époque.

Ce style de roman qui mêle Histoire et émotions est un de mes favoris. Je n’ai pas manqué de le dévorer d’une traite, me laissant emporter dans un tourbillon de sentiments.

La plume de Sarah Barukh est fluide, entrainante et sans aucun temps mort. L’intrigue est bien menée, alliant suspense et délicatesse. La fin de ce livre arrive beaucoup trop vite.

Elle a su éviter de tomber dans les caricatures et le pathos pour ne laisser place qu’à un ouvrage sensible et délicat.

Un premier roman qui vaut réellement toutes les éloges parues à son sujet.

J’ai hâte de pouvoir un lire un deuxième de cette auteure

 

Et vous, avez vous lu ce livre?

 

 

Te laisser partir, Clare Mackintosh

513isajjo3L._SX316_BO1,204,203,200_

 

Présentation de l’éditeur :

Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles.Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie. Ce premier roman magistral écrit par une ex-commandant des forces de police britanniques est un thriller psychologique d’une rare intensité, aux rebondissements à couper le souffle.

 

Ce que j’en pense :

Je découvre un roman qui débute par l’accident d’un petit garçon et un délit de fuite.

Une enquête qui piétine, une mère inconsolable et une femme rongée par le remord en font un scénario déjà vu et revu mais le livre sort très vite des sentiers  battus.

Les personnages sont très réalistes et attachants, j’ai eu mal au cœur pour la maman.

Le livre est partagée en 2 parties et je dois avouer que je me suis perdue : un nouveau narrateur s’invite et j’ai perdu le fil durant quelques pages.

Cependant je trouve le style fluide, rythmé et précis, je ne me suis pas ennuyée, le suspens est bien présent même si la fin reste prévisible car l’auteure a semé beaucoup de petits indices au fil de l’intrigue.

Te laisser partir est une lecture très prenante ( et poignante) mais qui reste facile et se fait presque d’une traite, un bon premier roman pour l’auteure.

Beaucoup de détails et une intrigue rondement menée en font un très bon thriller.

 

Et vous, avez vous lu ce livre?

 

Je sais pas, Barbara Abel

images

 

Présentation de l’éditeur :

 

À cinq ans, on est innocent, dans tous les sens du terme…
Une belle journée de sortie des classes qui vire au cauchemar.
Une enfant de cinq ans a disparu.
Que s’est-il passé dans la forêt ?
À cinq ans, on est innocent, dans tous les sens du terme.
Pourtant, ne dit-on pas qu’une figure d’ange peut cacher un cœur de démon ?

 

Ce que j’en pense :

 

Barbara Abel nous offre ici une thriller psychologique : la disparition d’une enfant et de son institutrice, les remords d’une mère, le sang froid d’un père et le silence buté de cette jeune enfant.

Les personnages sont vraiment tourmentés, j’ai eu du mal à accrocher, comme une impression de « too much », les traits de personnalité sont trop exagérés.

L’intrigue est bien menée même si j’avais deviné la fin à la moitié du livre.

L’histoire est dérangeante, l’auteur nous emmène du côté le plus sombre de l’être humain mais également du côté de l’enfant, qui n’est pas toujours aussi innocent que l’on peut le penser.

Le style est fluide et facile à lire, le livre est bien écrit.

Je dois avouer que je n’ai pas trop apprécié ce livre, trop simpliste à mon goût, trop prévisible. Il n’a pas su me convaincre et ne m’a pas donné envie de lire ses autres ouvrages.

 

Et vous, avez vous lu ce livre?

 

La couleur des sentiments, Kathryn Stockett

images

Présentation de l’éditeur :

Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s’occuper des enfants mais pas d’utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s’apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même. Passionnant de bout en bout, « La Couleur des sentiments » a bouleversé l’Amérique et déjà conquis plus de deux millions de lecteurs, parmi lesquels un certain Steven Spielberg.

 

 

Ce que j’en pense :

 

Kathryn Stockett nous offre ici un premier roman qui raconte la vie des « bonnes » noires dans les années 60.

On suit le quotidien de plusieurs femmes, blanches et noires qui luttent contre le racisme et l’exploitation.

En plein mouvement anti lois raciales, 2 femmes de deux mondes opposés mais toutes deux opprimées à leur façon, osent dénoncer la réalité de la ségrégation.

L’histoire est racontée avec passion mais aussi avec humour, dans un style fluide qui se laisse lire facilement.

Les personnages sont attachants, quoique certaines femmes mériteraient une belle paire de claques.

J’ai adoré ce livre car il ne tombe pas dans les clichés de la gentille noire et de la méchante blanche. Il relate les qualités et les défauts de chaque narrateurs.

Des portraits de femmes de différents milieux, très réalistes qui s’apprêtent à lancer un bâton de dynamite dans une fourmilière de blancs très conservateurs.

Dans ce récit, on se rend compte que si l’esclavage est aboli dans les faits, il ne l’est pas toujours dans les esprits.

Un ouvrage très réussi, qui a été adapté au cinéma et qui a connu un très gros succès.

J’avoue ne pas avoir vu le film car je n’ai appris que très récemment son adaptation.

 

Et vous avez vous lu le livre?  Vu le film?