Jamais assez maigre : Journal d’un top model, Victoire Maçon Dauxerre

414idurthel-_sx333_bo1204203200_

Présentation de l’éditeur :

Repérée à 17 ans dans la rue par un chasseur de mannequins, Victoire rêve d’une vie de star courtisée par les plus grands couturiers. Son ascension est fulgurante. En moins de 6 mois, elle fait plus de 22 défilés à New York, Milan, Paris et appartient au cercle très fermé des 20 Top Model les plus demandés dans le monde. Mais, pour entrer dans des robes de taille 32, elle va devoir maigrir jusqu’à devenir anorexique. On suit sa course vers la maigreur et assiste à l’embrigadement psychologique des responsables de mode et photographes qui lui rappellent que la nourriture, c’est l’ennemi. Alors que tout semblait lui sourire, Victoire ne réalise pas que cette folie de la maigreur la ronge de l’intérieur. Au bord du gouffre, elle tente de mettre fin à ses jours. Ce livre est le récit d’une rescapée.
Ce que j’en pense :

 

On découvre le parcours d’une jeune femme, encore adolescente lors de son récit, qui nous détaille l’enfer qu’elle a pu vivre en voulant devenir mannequin.

Elle nous raconte les brimades, les insultes, la jalousie entre collègues mais surtout la cruauté de certaines marques et de certains créateurs.

Elle nous raconte également son enfer, comment elle est passée d’une jeune fille épanouie et bien dans son corps à une jeune femme anorexique et agressive.

L’envers du décor ne correspond pas à l’image glamour du monde de la mode. Derrière les strass et les paillettes se cache un réel business, qui ne prend pas en compte l’être humain, ces jeunes femmes sont juste des « cintres ».

Elles courent après la gloire, sans forcément se rendre compte du changement de leur comportement.

Le plus triste dans tout cela , c’est que certaines de ces jeunes femmes en sont mortes et d’autres y laissent la santé.

Heureusement que Victoire est entourée de sa famille et qu’elle peut s’appuyer dessus car cela lui a malgré tout permi de garder pied dans la réalité et de s’en sortir.

Ce livre a beaucoup fait parler de lui, il a été un véritable électro choc pour le grand public.

Ce que j’ai apprécié le plus, c’est que Victoire Maçon Dauxerre ne pratique pas la langue de bois. Elle ne tait aucun des noms, même si ce sont des marques et des personnages célèbres.

Un livre que devrait lire les jeunes femmes qui rêvent de faire ce métier.

 

Et vous, avez vous lu ce livre?

 

 

 

 

 

Publicités

27 réflexions sur “Jamais assez maigre : Journal d’un top model, Victoire Maçon Dauxerre

  1. Bonjour,
    Je ne l’ai pas lu mais j’en avais entendu parler …
    Ca fait froid dans le dos …
    Merci pour ton article…qui me donne envie de le lire… car derrière les paillettes, le chic et le glam se cache… parfois une triste réalité…
    Bon dimanche.
    Bises
    Christèle

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai pas lu ce livre Mais soit j’en ai entendu parler soit j’ai entendu parler d’un livre qui parlais du même thème et au final je ne l’ai jamais acheté 😩
    Ça fait froid dans le dos Mais il faut que les models ne baissent pas les bras et refusent ce diktat 👍🏻

    Aimé par 1 personne

  3. Pas lu le bouquin, mais toute l’absurdité du culte des apparences et du monde de la mode…
    Je me permets de rappeler que les  » canons de la beauté féminine  » n’ont pas toujours été la maigreur et la grandeur. Avant la guerre de 14-18, les femmes  » rondes  » étaient souvent considérées comme  » sexy « . En tout cas, des rondeurs sans excès étaient synomymes de féminité, de sensualité et de bonne santé. Tandis que les filles (trop) maigres étaient souvent considérées comme malades (sans doute à cause de la tuberculose et de ses symptômes).
    Idem pour le bronzage, signe de travail manuel dans les champs pour les  » bourgeoises  » qui se protégeaient du soleil, avec leurs ombrelles. Maigreur ou rondeur, c’est donc une question de culture et d’époque… Mais, je précise, je ne juge pas ici ni les rondes, ni les maigres.
    Je pense que le cinéma (surtout) Hollywoodien, la télévision et les magazines de modes ont progressivement  » imposés des codes de maigreur « . Personne n’est obligé de les suivre… Marylin Monroe était plutôt ronde et qui s’en est plaint dans les années 50 ?

    Aimé par 3 people

  4. Bonjour !
    J’ai lu ce livre en août dernier. Je l’ai trouvé hyper intéressant, sur le monde et les pratiques qui se cachent derrière les podiums. Le style d’écriture aussi, très « franc », décomplexé, comme tu dis. Et l’horreur des troubles du comportement alimentaire !
    Très bonne idée d’en avoir fait écho sur ton blog !
    A très vite,

    Estelle

    Aimé par 1 personne

  5. Elle est passée dans certaines émissions pour parler de son expérience, notamment dans celle de Michel Cymes. Je trouve qu’elle est courageuse de parler de ce problème, parce qu’effectivement de l’extérieur on ne voit que le coté glamour et mode. J’ai bien envie de lire son livre !

    Aimé par 1 personne

  6. Pas encore lu ce livre mais je pense qu’il est criant de vérité sur cette maigreur infligée à ces filles. Je reviens de Milan et un casting était organisé dans ma rue et donc j’ai vu ces mannequins, malheureusement beaucoup étaient d’une maigreur à faire peur.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s